La Foodtech : une nouvelle tendance en France

La Foodtech est un anglicisme qui fait référence à une startup alliant la technologie, en particulier le numérique, et le domaine de l’alimentation, sa production et sa distribution. Ce secteur est notamment en pleine croissance en France. En effet, la population est de plus en plus connectée et réclame de plus en plus, et dans n’importe quel secteur, cette connectivité. L’innovation dans le secteur de l’alimentation est florissante et de plus en plus de restaurant s’y mettent, à l’image des « Fondus de la Raclette ».

DigitalFoodLab a publié en décembre une première grande étude, proposant un état des lieux de cette tendance en France, sur une période s’étalant de 2013 à 2017. DigitalFoodLab est une structure qui accompagne les entreprises dans le domaine de la Foodtech.

La Foodtech réunit des entreprises très variées

DigitalFoodLab a mis en place six grandes catégories pour qualifier et organiser la Foodtech en France. On trouve donc l’« Agtech », c’est-à-dire l’agriculture du futur ; la « Foodscience » qui crée de nouveaux produits alimentaires répondant aux nouveaux besoins ; la « Foodservice » qui réinvente la restauration ; le « Média » qui permet de mieux répondre aux questions des consommateurs et diffuser des informations à propos du contenu de nos assiettes ; le « Coaching » pour aider les gens à mieux gérer leurs achats et leur alimentation et enfin le « Retail & delivery » pour développer le e-commerce alimentaire. Même si les secteurs sont variés, c’est surtout les services de livraison de repas ou des courses qui dominent l’écosystème avec 40% des investissements.

De plus la grande majorité des jeunes entreprises sont concentrées à Paris car 80% des montants sont investis en Île de France. La capitale compte 63% des startups activent dans le secteur de la Foodtech. Lyon est la deuxième ville ou le phénomène se développe le plus. Cette répartition peut s’expliquer par la concentration des structures d’accompagnement dans les grandes villes, surtout à Paris, et l’accès facilité aux grands groupes agroalimentaires et de distributions.

Une tendance en plein croissance

D’après l’étude, le nombre de startups créées dans le domaine de la Foodtech a explosé au cours de ces dernières années. Aujourd’hui, on compte 472 entreprises dans ce secteur en France. L’enquête de DigitalFoodLab montre aussi que ces sociétés ont levé 317 millions d’euros depuis 2013 avec une multiplication par 3 des montants investis entre 2015 et 2016. Néanmoins, ce secteur est encore en pleine construction et n’a pas atteint sa maturité. Il y a donc une grosse marge de progression. De plus, au vu des nombreuses personnes intéressées par ce secteur en plein boum, il est tout à fait probable d’envisager une augmentation continue des investissements sur 2017 et 2018.

Pour la France, qui se veut être le pays de la gastronomie, la Foodtech représente une opportunité majeure. En effet, le changement a déjà commencé mais il doit perdurer pour voir arriver sur le marché de nouveaux services. Sur le court terme il est possible d’étendre les livraisons de nourriture à toute la France, d’avoir plus de produits innovants et locaux, de développer l’usage de la data pour les restaurateurs et les industriels. De l’autre côté, sur le long terme, il est envisageable de compter sur plus de transparence, sur le rapprochement du producteur et du consommateur et sur la personnalisation du produit.

« Les Fondus de la Raclette », un exemple français qui développe la Foodtech

« Les Fondus de la Raclette » est une chaîne de restaurant spécialisée dans les plats savoyards en pleine expansion. Fondée à Paris, elle possède maintenant trois établissements dans la capitale et s’est même exportée en Belgique à Bruxelles. Mathieu Dacheville, son jeune créateur, est un habitué des fourneaux qui a dirigé de nombreux et prestigieux restaurants sur la capitale comme l’Auberge Bressane, le Chalet de l’Oasis et le Sept Quinze. Tout juste âgé de 35 ans, ce jeune entrepreneur comprend parfaitement les besoins des jeunes consommateurs qui désirent plus de connectivité dans le domaine de la restauration.

C’est donc tout naturellement, qu’il a entamé la transition technologique de ses enseignes. Bien évidemment, le restaurant possède son propre site web au couleur de la marque qui permet aux clients de retrouver la carte et tous les plats proposés et les informations utiles de base comme l’adresse, le numéro de téléphone, etc. Le restaurateur travaille de pair avec un développeur web pour maintenir le site à jour et ainsi fournir les plus de renseignements possibles aux clients. Mathieu Dacheville capitalise aussi beaucoup sur les réseaux sociaux pour fédérer une communauté solide et fidèle. Pour ce faire, le jeune restaurateur partage souvent sur les plateformes comme Facebook, Instagram et Pinterest.

Récemment, afin de tourner radicalement ses restaurants vers le domaine de la Foodtech, il a démarré un partenariat avec Deliveroo. C’est une plateforme de livraison de plats cuisinés qui livre les spécialités des « Fondus de la Raclette » à Paris et même à Bruxelles. Ce partenariat colle parfaitement à la transition digitale que désire le jeune entrepreneur. En effet, de plus en plus de personnes désirent profiter de la qualité d’un restaurant sans bouger de chez eux. De ce fait grâce à cette nouvelle formule, les clients peuvent commander leur plat savoyard préféré et le déguster tranquillement installé dans leur canapé. Par exemple, l’enseigne propose sa fameuse raclette pour des soirées conviviales. Elle met même à disposition un « kit mini raclette » qui fonctionne grâce à des bougies et qui permet de faire fondre le fromage sans avoir besoin d’appareil à raclette électrique. Pour finir, le restaurant propose aussi des desserts et des boissons.

La Foodtech est en train de se démocratiser en France. D’années en années, cette tendance gagne de plus en plus de terrain. Elle est surtout établie dans les grandes villes mais il ne serait pas étonnant de la voir s’étendre dans toute la France.