Obtenez des revenus complémentaires en investissant en SCPI immobilière !

Pour devenir un associé ou un porteur de parts en matière de SCPI, il y a lieu d’acheter des parts auprès d’une société de gestion agréée par l’AMF. C’est un type d’investissement qui procure beaucoup plus d’avantages qu’un investissement classique en immobilier locatif, notamment par rapport à la rentabilité et par rapport aux risques.

Opter pour une acquisition directe ou pour une acquisition indirecte de parts de SCPI ?

Il existe différentes manières d’acquérir des parts de SCPI.

Tout d’abord, l’investisseur peut procéder à une acquisition de la pleine propriété. De ce fait, il peut s’agir d’une SCPI au comptant ou d’une SCPI à crédit mais l’idée est d’acheter des parts de SCPI afin de percevoir des revenus complémentaires en retour. Le capital mis en jeu est donc soit le fond propre de l’investisseur, soit un crédit bancaire. Notons que c’est le type d’investissement le plus répandu et le plus pratiqué par les épargnants.Par contre, il y a ce qu’on appelle une acquisition en démembrement qui consiste à partager la pleine propriété d’un bien en deux droits bien distincts : la nue-propriété et l’usufruit. Par conséquent, l’investisseur peut acheter l’un de ces droits uniquement selon ses besoins.

Cependant, il faut noter que seul l’usufruitier peut bénéficier des revenus générés par les SCPI car il a le droit de jouir du bien. D’où l’avantage d’une acquisition en démembrement qui offre aux associés l’opportunité de payer juste une partie du prix d’acquisition pour se constituer un patrimoine. Le dernier type d’acquisition est l’acquisition via un contrat d’assurance-vie. Celle-ci permet à l’investisseur de combiner les avantages d’un contrat d’assurance vie avec ceux d’un investissement en SCPI. C’est donc une manière indirecte de réaliser un placement dans l’immobilier et de réduire la fiscalité en fonction d’une assurance-vie.

Les éléments à considérer avant de choisir une SCPI

Il peut arriver qu’on ait des difficultés de choisir la SCPI qui peut nous convenir, c’est pourquoi il y a lieu de vérifier les éléments suivants.

En premier lieu, il faut définir l’objectif patrimonial visé c’est-à-direqu’il faut savoir si on investit pour se constituer un capital, ou pour réduire nos impôts ou encore pour percevoir des revenus complémentaires. Ensuite, il faut opter pour une société de gestion bien réputée et qui dispose d’un actif intéressant. Par ailleurs, il convient de noter que la taille de la SCPI peut être évaluée en fonction du montant de sa capitalisation. On peut également la juger par rapport au RAN ou Report à Nouveau qui constitue la réserve de distribution et par rapport au taux d’occupation financier qui détermine la performance locative de la SCPI.

Enfin, le dernier critère est la politique d’investissement de la SCPI. Celle-ci est composée par : la répartition géographique des biens immobiliers de la SCPI, la liquidité des parts, la rentabilité et la qualité des locataires. On peut toujours cliquer ici pour avoir plus d’informations sur les SCPI.