Comment bien choisir son assurance habitation ?

assurance habitation

Souscrire et changer d’assurance habitation, c’est très simple. La choisir, c’est une autre histoire. Devis, garanties, montant des franchises, de la prime… Simple démarche administrative ? Plutôt une bouée de secours. Personne n’est à l’abri d’un accident de la vie et quand cela arrive, mieux être bien assuré. Oui, mais comment bien choisir son assurance habitation ?

Choisir son assurance habitation : les bases

Avant tout, qui doit être assuré et pourquoi ?

Dans un contrat de location, les locataires d’un bien loué nu ont l’obligation d’assurer le logement, le bail des locataires d’un bien meublé peuvent les obliger à assurer l’appartement qu’il occupe. Et les propriétaires ? Aucune obligation de ce côté, mais il leur est souvent recommandé de souscrire à une assurance habitation pour leur bien.

La situation personnelle

On choisit son assurance habitation en fonction de sa situation personnelle et des besoins de son logement. Par situation personnelle, on entend la situation familiale : marié(e), divorcé(e), célibataire, le nombre d’enfants ou de parents à charge. L’assurance habitation peut aussi proposer des extensions spécifiques appropriées aux personnes handicapées et à leur famille. Votre situation personnelle ou celle d’un des occupants du logement nécessite des visites fréquentes dans un établissement médical ? Vérifiez la liste des services d’assistance compris dans le contrat d’assurance habitation : rapatriement, hébergement des parents, frais de transports, soutien scolaire, garde d’enfants, aide au ménage…

Certains contrats d’assurance proposent des garanties spécialisées en fonction de la situation socio-professionnelle : étudiant(e), salarié(e), retraité(e). Si vos enfants sont scolarisés, prenez-le en compte dans le choix de l’assurance habitation ; les sorties scolaires sont en principe couvertes par la responsabilité civile de l’assurance habitation mais les clauses peuvent varier selon les contrats.

Les caractéristiques du logement

Outre la valeur du mobilier, si vous possédez par exemple une terrasse, une cave à vin, un jardin, un aquarium, des animaux, du matériel informatique à la pointe de la technologie, des bijoux de collection ou des tableaux de maître, tout cela doit être précisément mentionné dans le contrat. En plus des caractéristiques du logement ; superficie, étage, modalités d’accès à l’immeuble, nombre de pièces, fenêtres.

Attention, les circonstances et les modalités pour déclarer un sinistre varient selon les assureurs et les contrats. En cas de vol ou de cambriolage ayant eu lieu dans un logement inoccupé depuis plus de trois mois, il sera difficile d’obtenir une indemnisation. Idem si vous avez laissé traîner vos clés ou oublier de bien fermer portes et fenêtres.

Les franchises et le mode de remboursement

Au moment de choisir leur assurance habitation, les particuliers ont tendance à se focaliser sur le montant de la prime au détriment du celui des franchises, pourtant capital. En cas de sinistre, l’assurance habitation couvre une partie des frais. Le montant restant à la charge des occupants du logement s’appelle la franchise. Et elle a un impact conséquent sur le montant de la cotisation : un tarif d’assurance habitation très faible peut cacher des montants de franchise élevés. Au moment du sinistre, tous les dégâts d’un montant inférieur au montant de la franchise ne vous seront pas remboursés.

Donc, avant de signer, estimez votre budget, vos moyens et le niveau de franchise que vous êtes prêt à accepter.

La valeur à neuf et la vétusté

Autre critère de sélection : le mode de remboursement en « valeur à neuf » ou en appliquant la « vétusté ». Pour vos biens mobiliers, la vétusté et la valeur à neuf sont deux notions qui peuvent changer le mode de remboursement en cas de sinistre mais aussi le prix de votre assurance habitation. Estimez consciencieusement vos biens et leurs valeurs avant de souscrire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.