A la découverte de l’histoire du sabre japonais

Le sabre figure parmi les trois trésors sacrés du Japon, avec le miroir et le joyau. Reconnus pour être des objets d’art tout autant des armes, les sabres ont marqué l’histoire de l’époque féodale de l’Empire du Soleil levant. Aujourd’hui, ce sont des objets très recherchés par les spécialistes de la civilisation nippone et les grands passionnés des traditions et de la culture de ce pays de l’Asie. Laissant une trace indélébile dans l’histoire, ce sont des outils qui représentent tout un symbole.

Calme, concentration et admiration

Plusieurs étapes sont à suivre dans la fabrication d’un sabre japonais, ce qui confère toute sa valeur à l’objet. Au vu de ces diverses techniques déployées pour sa réalisation et l’importance de chaque matériau utilisé, le sabre japonais force ainsi l’admiration. C’est pourquoi il est réputé pour véhiculer et procurer un sentiment de calme, d’admiration et de concentration de la part des passionnés. Dans sa composition également, le sabre japonais diffère par les détails qui le démarquent complètement. Un grand sens du détail est noté dans l’assemblage de tous les éléments, ce qui suscite une nouvelle fois le respect des admirateurs. En fait, il existe différents types de sabres et chacun a son propre processus de fabrication ainsi que ses caractéristiques. Le katana, notamment, est l’un des sabres les plus marquants de l’Histoire japonaise. Indissociable des samouraïs car étant un symbole même de ces derniers, c’est une arme blanche qui a accompagné la classe supérieure japonaise. L’évolution de la forge de la lame est par ailleurs indissociable de l’évolution de l’histoire du Japon.

Plusieurs types de sabres selon chaque époque

En effet, chaque ère de l’histoire au Japon est marquée par le bouleversement des techniques de fabrication du sabre japonais. Les paix comme les guerres, les combats comme les transformations économiques ont eu un fort impact sur la fabrication du sabre. Son ancêtre se situe vers l’an 790 encore au stade de balbutiement. En effet, la forge des lames fut encore incertaine tout comme la trempe qui était partielle. Mais une évolution des techniques de forge est constatée de l’ère Heian jusqu’à l’ère Muromachi, période marquée par une guerre entre les clans et le pouvoir central. Se déroulant sur plusieurs siècles, elle se solde finalement par une paix générale et fait place à une nouvelle période de l’histoire, faisant également subir des impressionnantes transformations des sabres japonais. Une nouvelle ère voit le jour où de grands changements économiques et sociaux prennent forme. Les réformes militaires et administratives de cette période finissent également par un nouveau retour à la paix. Les sabres sont équipés de lames légèrement recourbées pour reprendre des formes encore plus spectaculaires et évocatrices. Enfin, à l’ère moderne, la caste des samouraïs disparait complètement et le sabre ne peut plus être porté. Cela entraîne un changement d’attitude faisant de l’objet une œuvre d’art ou un simple apparat. Après l’année 1890, la famille impériale lui confère le titre de « trésor national vivant du Japon » afin de préserver et de valoriser le savoir-faire ancestral qui entoure la fabrication des sabres.